vassilia.net

Le seul Forum francophone consacré à toutes les sexualités alternatives !
Accueil  Documentation  Textes et histoires  Galeries  Gazette  Dico coquin  Forum  Annonces  Partenariat  Editos  FAQ  Nous joindre  Mentions légales 
Nous sommes le Mar 30 Mai 2017, 13:16
Les heures sont au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 14 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Prostitution et cinéma
MessagePublié: Mar 19 Juin 2012, 16:43 
Hors-ligne
Webmaster
Webmaster
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: Lun 22 Nov 2010, 11:17
Messages: 1511
Localisation: 9.5.
Sexe et orientation sexuelle: pervers polymorphe
Le sujet de la prostitution est abordé au cinéma de trois points de vue différents :
    1 - Le point de vue "misérabiliste" (comme la Dérobade) qui montre des choses qui existent (hélas) mais qui perpétue le cliché de la fille forcément victime, forcément manipulée et forcément maquée...
    2 - Le point de vie "franchouillard" où la prostituée et le maquereau sont montrés comme des personnages pittoresques et semblent aussi immuables que les personnages de la comedia del arte. Lle meilleur exemple en est par exemple "Hôtel du Nord" de Carné avec Arletty et Louis Jouvet, film par ailleurs excellent.
    3 - Le point de vue de la femme qui a choisi librement d'exercer cette activité est beaucoup plus rare. Il est pourtant très intéressant et a produit quelques chef d’œuvres, c'est en tout cas cette catégorie que je prioriserai dans cette rubrique.

Aujourd’hui je vous parlerai de deux films

Fichier(s) joint(s):
La_Fiancee_Du_Pirate.jpg

La fiancée du pirate : Un film de Nelly Kaplan (1969) avec Bernadette Laffont ! L'originalité de ce film dont l'affiche fit scandale à l'époque (refusée par le Figaro) est de faire incarner le personnage positif de l'histoire par une marginale, une prostituée occasionnelle qui s'assume complètement et qui fait absolument ce qu'elle veut en se moquant éperdument de l'hypocrisie ambiante, puis en en jouant et en la dénonçant ! Plus de 40 ans après ce film politiquement incorrect "fonctionne" toujours merveilleusement bien.

Fichier(s) joint(s):
La_Courtisane.jpg

La courtisane : Un film américain de Marshall Herskovitz (1998) avec Catherine McCormack. Attention chef d'œuvre ! Ce film nous raconte la vie de Veronica Franco, la plus belle courtisane de Venise a fin du 16ème siècle . Les images sont très jolies, l'humour et l'érotisme sont bien là par petites touches. L'univers des courtisanes est fort bien rendu sans jamais tomber dans le moralisme, bien au contraire puisque s'il y a un message, c'est bien celui de dire qu'il vaut mieux être putain et libre que mariée et soumise. Voilà qui est peu politiquement correct mais qui rend le film encore plus réjouissant. Quant à Catherine McCormack, elle est extraordinaire. Chef d'œuvre, vous-dis-je !


Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.

_________________
:mauve: L'ordre moral revient, ayons l'air occupé.


Haut
  Profil  
 
 Sujet du message: Re: Prostitution et cinéma
MessagePublié: Mar 19 Juin 2012, 19:10 
Hors-ligne
Membre Rhétoricien
Membre Rhétoricien
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: Lun 06 Déc 2010, 01:45
Messages: 6639
Localisation: Les Yvelines
Sexe et orientation sexuelle: Hétéro
Dans la 3eme catégorie, on peut mettre "Belle de jour" de Luis Buñuel.
Fichier(s) joint(s):
Belle_de_jour.jpg

Citation:
Epouse d'un jeune interne des hopitaux, Pierre, Severine n'a jamais trouvé un véritable plaisir auprès de lui. Un des amis du ménage, play-boy amateur de call-girls, lui glisse un jour l'adresse d'une maison clandestine. Troublée, Severine ne résiste pas à l'envie de s'y rendre et ne tarde pas à devenir la troisieme pensionnaire de Mme Anais. Elle y est appelée Belle de jour car ses visites surviennent chaque après-midi de deux à cinq heures.


Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.

_________________
"Vaut mieux rater un baiser que baiser un raté".


Haut
  Profil  
 
 Sujet du message: Re: Prostitution et cinéma
MessagePublié: Mer 20 Juin 2012, 01:05 
Hors-ligne
Membre Éloquent
Membre Éloquent
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: Dim 05 Déc 2010, 23:28
Messages: 4263
Localisation: 4 lieues à l'est
Sexe et orientation sexuelle: bi? pas bi? allez savoir...
Des trois je n'ai pas vu la courtisane, ce que je me promets de faire à la première occasion. Belle de jour m'avait passablement troublé, et puis j'ai du mal avec Deneuve, Mais la fiancée du Pirate, quel plaisir, je l'ai vu à sa sortie, j'étais à l'armée, ça ne nous rajeunit pas tout ça, mais ce film était une véritable bouffée d'air frais :ctop:

_________________
La plupart des gens sont heureux pour autant qu'ils aient décidé de l'être
Abraham Lincoln

alors qu'est ce qu'on attend ? :D


Haut
  Profil  
 
 Sujet du message: Re: Prostitution et cinéma
MessagePublié: Dim 08 Juil 2012, 23:16 
Hors-ligne
Webmaster
Webmaster
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: Lun 22 Nov 2010, 11:17
Messages: 1511
Localisation: 9.5.
Sexe et orientation sexuelle: pervers polymorphe
Je suis allé voir vendredi le dernier Woody Allen : To Rome With love ---> chef d’œuvre !
Fichier(s) joint(s):
Cruz_Rome_Love.jpg

C'est souvent pareil avec ce réalisateur, ça débute et on se demande qui sont ces personnages, qu'est-ce qu'il va pouvoir bien en faire, et puis la mayonnaise prend, le charme opère, et on s'intéresse à ces gens plus ou moins farfelus qui se croisent, à ces couples qui se font et se défont. C'est une bouffée d'air frais remarquablement interprétée avec une mention spéciale pour Elen Page (surprenante en nympho) et surtout Penelope Cruz, irrésistible en pute de luxe super décontractée et terriblement bandante !


Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.

_________________
:mauve: L'ordre moral revient, ayons l'air occupé.


Haut
  Profil  
 
 Sujet du message: Re: Prostitution et cinéma
MessagePublié: Lun 20 Août 2012, 19:22 
Hors-ligne
Membre Prolixe
Membre Prolixe
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: Dim 09 Jan 2011, 18:43
Messages: 707
Localisation: Ove there
Sexe et orientation sexuelle: Curieux de tout
Et n'oublions pas :
Fichier(s) joint(s):
Pretty_Woman.jpg

Pretty Woman : Un film de Garry Marshall (1990) avec Julia Roberts (superbe !) et Richard Gere. Le thème de la prostituée qui devient amoureuse de son client et vice versa peut donner n'importe quoi, ici on est un peu dans le comte de fée, mais pas complètement non plus. Les deux acteurs principaux jouent des personnages terriblement humains avec leur nature mais aussi leurs contradictions. c'est très bien joué, le ton est juste, et on est prêt à partager leur rêve. le film a le grand mérite d'aller à contre courant des idées reçus sur le milieu de la prostitution. Dans ce film la prostituée n'est pas forcement une victime ou une pauvre fille inconsciente, c'est au contraire elle qui décide, où, qui, comment ? Et le client n'est pas forcement un pervers macho considérant les filles comme des trous. Voilà qui ne correspond pas du tout aux stéréotypes clamés par certaines féministes, alors évidement celles-ci ont vilipendés le film, ce qui ne l'a pas empêché de devenir un sucées et vingt ans après, il reste exemplaire.


Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.

_________________
Quand on est jeune, c'est pour la vie ! (Georges Clemenceau)


Haut
  Profil  
 
 Sujet du message: Re: Prostitution et cinéma
MessagePublié: Sam 03 Nov 2012, 15:14 
Hors-ligne
Membre d'honneur
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: Mar 30 Nov 2010, 12:53
Messages: 2040
Localisation: dans vos cauchemars
Sexe et orientation sexuelle: homo golumophilus
Gontran a écrit:
...Et le client n'est pas forcement un pervers macho considérant les filles comme des trous. Voilà qui ne correspond pas du tout aux stéréotypes clamés par certaines féministes, alors évidement celles-ci ont vilipendés le film, ce qui ne l'a pas empêché de devenir un sucées et vingt ans après, il reste exemplaire.
lapsus? :lol:

_________________
L'homme est-il bon ? Je réponds oui sans hésitation !
Dans le cochon tout est bon


Image


Haut
  Profil  
 
 Sujet du message: Re: Prostitution et cinéma
MessagePublié: Sam 08 Déc 2012, 17:32 
Hors-ligne
Webmaster
Webmaster
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: Lun 22 Nov 2010, 11:17
Messages: 1511
Localisation: 9.5.
Sexe et orientation sexuelle: pervers polymorphe
Une prostituée au service du public. Un film d'Italo Zingarelli (1970)
Le titre complet est "Une prostituée au service du public en réglé avec la loi". Le rôle principal est joué par Giovanna Ralli qui avec ses faux airs de Claudia Cardinale est absolument splendide. Le film est mauvais, mais possède des côtés intéressants, le scénario est quasi inexistant et n'est que prétexte à nous montrer de façon faussement documentaire des images de la prostitution à Rome en 1970. Le film n'a rien d'érotique (quelques nus vers la fin quand même). Assez pessimiste , assez caricatural, et n'évitant pas toujours les clichés, sans toutefois tomber dans le misérabilisme.
Fichier(s) joint(s):
Prostituee_au_service_du_public.jpg


Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.

_________________
:mauve: L'ordre moral revient, ayons l'air occupé.


Haut
  Profil  
 
 Sujet du message: Re: Prostitution et cinéma
MessagePublié: Lun 10 Déc 2012, 20:26 
Hors-ligne
Webmaster
Webmaster
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: Lun 22 Nov 2010, 11:17
Messages: 1511
Localisation: 9.5.
Sexe et orientation sexuelle: pervers polymorphe
Pulsions
Brian de Palma 1980
Le réalisateur a confié à Nancy Allen le rôle principal qui est celui d'une prostituée, il a choisi délibérément d'en faire un personnage positif, parfaitement bien dans sa peau et qui s'assume complètement.
Fichier(s) joint(s):
Nacy_Allen_Pulsions.jpg


Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.

_________________
:mauve: L'ordre moral revient, ayons l'air occupé.


Haut
  Profil  
 
 Sujet du message: Re: Prostitution et cinéma
MessagePublié: Sam 12 Jan 2013, 21:34 
Hors-ligne
Administratrice
Administratrice
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: Mar 30 Nov 2010, 10:58
Messages: 3791
Localisation: Jamais très loin
Sexe et orientation sexuelle: Femme hétéro
Citation:
Le sexe est triste, hélas ! Par Thierry Gandillot | 09/01 |

Hasards du calendrier : deux films, cette semaine, traitent des lois de l'offre et de la demande d'amour et de la marchandisation sexuelle, chacun à sa façon ; l'un cru et frontal (« Paradis : amour » de l'Autrichien Ulrich Seidl) ; l'autre chic et glaçant (« Une histoire d'amour » de la comédienne Hélène Fillières, qui fait ici ses débuts derrière la caméra).

Au Kenya, on les appelle les « sugar mamas ». Sous le soleil d'Afrique, elles pratiquent le tourisme sexuel, avec plus ou moins de culpabilité ou de désir. Teresa, une quinquagénaire viennoise aux rondeurs aussi épanouies que blanches, tente l'aventure. Au début, elle hésite, s'engage, se dérobe pour finir par surmonter ses scrupules et succomber aux étreintes des « beach boys » kényans. Ils sont beaux, gentils, prévenants, faussement naïfs. « Hakuna mata » - « Pas de problème » en kiswahili - est leur leitmotiv. Si, justement, il y a un problème. On saisit bien le propos du réalisateur : montrer le « désespoir de la femme blanche » ; dénoncer l'exploitation sexuelle des prolétaires africains par la petite bourgeoisie occidentale en mal d'érotisme exotique ; pointer sa vulgarité langagière et son racisme primaire. Mais la crudité des situations produit surtout un malaise qui confine à l'écoeurement.

Hélène Fillières opte pour la démarche inverse : ne rien montrer ou presque de la relation sado-maso qu'entretiennent le « Banquier » et la « Jeune Femme », ainsi qu'ils sont nommés dans le générique. (Le film est adapté du roman « Sévère » de Régis Jauffret, lequel s'inspire de l'histoire d'un riche héritier d'une banque privée, retrouvé mort par balle dans une combinaison en latex). Lui, c'est Benoît Poelvoorde ; il a fourni le revolver. Elle, c'est Laetitia Casta ; elle a fourni la combinaison. Ce qui les lie, si l'on ose, le film ne l'explicite pas. La caméra élégante d'Hélène Fillières, la sobriété clinique des décors, la brutalité des dialogues nous tiennent à distance. Mais comme le récite Richard Bohringer (le « mari ») sur une musique envoûtante d'Etienne Daho : « Les histoires d'amour sont des planètes privées/Elles se volatilisent quand leurs habitants les ont quittées/Elles obéissent à des lois inconnues du reste de l'univers/Inconnues même de celles qui les habitaient/On nous jugera au nom de lois qui n'étaient pas les nôtres au moment des faits. » Les lois du code « Sévère ».


http://www.lesechos.fr/opinions/chroniq ... 526742.php


Haut
  Profil Site Internet  
 
 Sujet du message: Re: Prostitution et cinéma
MessagePublié: Mar 16 Fév 2016, 00:26 
Hors-ligne
Membre Prolixe
Membre Prolixe
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: Dim 09 Jan 2011, 18:43
Messages: 707
Localisation: Ove there
Sexe et orientation sexuelle: Curieux de tout
Fichier(s) joint(s):
Dax.jpg

Micheline Dax en prostituée atypique dans "Rue Saint Denis", Sketch de Paris vu par de Jean-Daniel Pollet (1965) - A l'arrière plan Claude Mekli dans le rôle de Léon, le client.


Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.

_________________
Quand on est jeune, c'est pour la vie ! (Georges Clemenceau)


Haut
  Profil  
 
 Sujet du message: Re: Prostitution et cinéma
MessagePublié: Mar 16 Fév 2016, 19:18 
Hors-ligne
Membre Rhétoricien
Membre Rhétoricien
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: Lun 06 Déc 2010, 01:45
Messages: 6639
Localisation: Les Yvelines
Sexe et orientation sexuelle: Hétéro
Et la "prostitution" côté hommes. :)

Daniel Auteuil devenant un gigolo dans "Mauvaise passe" de Michel Blanc en 1999.

https://www.youtube.com/watch?v=83GUq5UDHaY


Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.

_________________
"Vaut mieux rater un baiser que baiser un raté".


Haut
  Profil  
 
 Sujet du message: Re: Prostitution et cinéma
MessagePublié: Jeu 17 Mars 2016, 19:22 
Hors-ligne
Membre Rhétoricien
Membre Rhétoricien
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: Lun 06 Déc 2010, 01:45
Messages: 6639
Localisation: Les Yvelines
Sexe et orientation sexuelle: Hétéro
Un autre film très connu sur la prostitution masculine: American Gigolo qui lança la carriere de Richard Gere. :)

Citation:
ulian Kay, un beau ténébreux trentenaire, loue ses charmes à des femmes dans le besoin. Après avoir passé la nuit avec l'épouse d'un homme d'affaires, cette dernière est retrouvée morte et les soupçons de la police se portent naturellement sur Julian. Le meurtre semble être un coup monté de toute pièce pour l'incriminer et Julian est bien décidé à le prouver.


Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.

_________________
"Vaut mieux rater un baiser que baiser un raté".


Haut
  Profil  
 
 Sujet du message: Re: Prostitution et cinéma
MessagePublié: Mer 27 Juil 2016, 09:02 
Hors-ligne
Membre Rhétoricien
Membre Rhétoricien
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: Lun 06 Déc 2010, 01:45
Messages: 6639
Localisation: Les Yvelines
Sexe et orientation sexuelle: Hétéro
Toujours sur la prostitution masculine. :)

Synopsis: Judith est une habituée de la prostitution masculine et rencontre Patrick qui cache sa double vie à sa femme. Celle-ci s'en aperçoit en répondant à son téléphone et va le surprendre dans sa chambre d'hôtel avec une cliente. D'abord offusquée par le comportement de son mari, elle lui demande de continuer à « faire l'escort-boy » pour payer les traites de son salon de coiffure. Judith et Patrick vivent alors une histoire d'amour mais Patrick y renonce pour rester avec sa femme, puis un jour il devra choisir entre Judith ou sa femme.


Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.

_________________
"Vaut mieux rater un baiser que baiser un raté".


Haut
  Profil  
 
 Sujet du message: Re: Prostitution et cinéma
MessagePublié: Jeu 18 Mai 2017, 13:03 
Hors-ligne
Membre Rhétoricien
Membre Rhétoricien
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: Lun 06 Déc 2010, 01:45
Messages: 6639
Localisation: Les Yvelines
Sexe et orientation sexuelle: Hétéro
La petite - film de Louis Malle (1978).

Citation:
En 1917 dans un bordel de La Nouvelle-Orléans, Violet, douze ans, assiste à l'accouchement de sa mère, Hattie, mettant au monde un petit frère. Régulièrement, un photographe vient prendre des clichés des pensionnaires, mais Violet est jalouse lorsqu'il s'occupe de sa mère et des autres filles.

Un jour, la virginité de la fillette est mise aux enchères. Cette dernière prend goût à cette vie.

Sa mère quitte la maison close pour épouser un riche client, promettant à Violet de la prendre prochainement avec elle. Lorsque les ligues de décence font fermer les bordels, Violet épouse Bellocq le photographe mais sa mère revient finalement pour lui faire donner une bonne éducation bourgeoise.


Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.

_________________
"Vaut mieux rater un baiser que baiser un raté".


Haut
  Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 14 messages ] 


Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum: Bing et 1 invité


Actions rapides de modération:
Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Aller vers:  
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduction par phpBB-fr.com