vassilia.net

Le seul Forum francophone consacré à toutes les sexualités alternatives !

Découvrez nos récits

Nous sommes le jeu. 22 août 2019, 09:24

Heures au format UTC+02:00




Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 125 messages ]  Aller à la page Précédente 15 6 7 8 9 Suivante
Auteur Message
MessagePosté : lun. 29 oct. 2018, 18:32 
Hors ligne
Membre Prolixe
Membre Prolixe
Avatar du membre

Enregistré le : mer. 05 oct. 2011, 13:12
Messages : 958
Sexe et orientation sexuelle : travesti dans ma tête
Localisation : ouest parisien
les dérives d'une société qui part à la dérive.
ça va mal finir ...


Haut
   
MessagePosté : lun. 05 nov. 2018, 17:48 
Hors ligne
Membre Bavard
Membre Bavard
Avatar du membre

Enregistré le : mar. 02 oct. 2018, 16:04
Messages : 111
Sexe et orientation sexuelle : FEMME - BI SEXUELLE
Connards :grrr:
Quand on cumule le racisme, le sexisme, le cynisme avec la bêtise la plus crasse on obtient bien évidemment ce genre de discours !
Il y en a qui croient que parce qu'on décide de faire un peu de porno ou de prostitution occasionnelle, quelles que soient les raisons qui motivent ce choix, cela donne le droit à tous les porcs de la terre de se lâcher et de traiter les femmes comme du bétail.
Bêtes, méchants, refoulés, ignares et probablement éjaculateurs précoces et/ou pervers affirmés ou en devenir.
Voilà.
Moi aussi je peux avoir des idées préconçues et des discours fachos à deux balles.
Et si on pouvait aussi me fournir une pelle pour leur en mettre un coup dans le museau, j'avoue que cela me serait tout à fait agréable. :wanda: :wanda:

_________________
"Il y a des plaisirs qui passent pour des crimes. C'est que, communément, on n'y a pas goûté". Louis Aragon.


Haut
   
MessagePosté : lun. 05 nov. 2018, 22:39 
Hors ligne
Webmaster
Webmaster
Avatar du membre

Enregistré le : jeu. 24 févr. 2011, 01:07
Messages : 292
Sexe et orientation sexuelle : Masculin, bi léger pas encore parfaitement accompl
Localisation : Derrière toi, attention, c'est affreux !
De l'autre côté du prisme, il y a par exemple le fil twitter de Nikita Belluci (https://twitter.com/NikitaBellucciX) qui parle régulièrement de ses déboires avec divers connards sur internet (Un de ses harceleurs a d'ailleurs été condamné pour ses propos), mais surtout globalement du fait d'être une travailleuse du sexe (TdS, elle était actrice de films pornographiques).

Dans ses messages les plus récents, elle parle du fait que beaucoup de personnes n'apprécient pas envisager qu'elle puisse être une TdS et également quelqu'un de fréquentable.

Un des tweets qu'elle a partagés récemment résume une partie de sa pensée, avec laquelle je suis d'accord (Je l'ai partagé également) : "If your feminism isn't sex worker inclusive, it's not feminism." (Que l'on peut traduire par : "Si votre féminisme n'inclut pas les travailleur-se-s du sexe, ça n'est pas du féminisme").


Haut
   
MessagePosté : mar. 11 déc. 2018, 18:28 
Hors ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar du membre

Enregistré le : lun. 06 déc. 2010, 01:45
Messages : 8105
Sexe et orientation sexuelle : Hétéro
Localisation : Les Yvelines
Citation :
Lille : de la bière vaginale proposée pour la première fois au monde

Le vendredi 14 décembre prochain, un bar lillois offrira une première mondiale, celle de tremper ses lèvres dans une bière vaginale. Un breuvage ainsi conçu à base d'extraits d'essence féminine de deux mannequins polonais.

Jamais un établissement n’avait offert à ses clients de s’abreuver d’une liqueur mêlant alcool et nectar féminin. Le vendredi 14 décembre prochain, le bar Le Switch à Lille (Nord) signera ainsi une première mondiale en proposant la dégustation exclusive d’une bière vaginale.

Cette boisson, baptisée “The Order of Yoni” (La commande de Yoni, ce dernier terme étant synonyme de l’organe sexuel féminin dans l’hindouisme), est importée de Pologne où elle a été brassée. On la doit à la start-up lilloise Praline et Priape, laquelle tend d’ailleurs à rassurer sur son processus de fabrication.
Bière vaginale : à ne pas mettre entre toutes les lèvres

Indiquons pour commencer que deux mannequins polonais, Monika et Paulina, ont accepté de partager leur fluide sacré dans la conception de cette bière. Ensuite, nous dit-on, “pas de panique ! Un seul prélèvement a été effectué en laboratoire sur chacune des mannequins. En laboratoire, les bactéries sont isolées, nettoyées, identifiées et ensuite multipliées à la quantité qui permet la préparation de kits d’entrée de culture qui sont utilisés dans la brasserie lors de la production de la bière. Ce processus est utilisé pour la fabrications de produits laitiers, bières et tous aliments nécessitant une fermentation.”

Élodie Vermast, fondatrice de Praline et Prape, a confié à Lille Actu que l’intérêt de la chose réside dans la manière de fabriquer cette boisson, laquelle n’a d’ailleurs pas le goût qu’on pourrait lui prêter : “Bien sûr, je les ai goûtées avant de les vendre et elles sont plutôt bonnes. Elles n’ont évidemment pas le goût de vagin. En réalité, il y en a une qui est plus amère, et l’autre plutôt sucrée. La nouveauté réside surtout dans le processus de fabrication.”
Un breuvage n’ayant finalement pas le goût de l’organe

Cette initiative a d’ores et déjà été couronnée de succès puisque un premier stock de 200 bouteilles a rapidement trouvé preneur. Et pour celles et celles qui ne pourront être du rendez-vous du 14 décembre mais qui restent malgré tout tentés par l’invitation, la start-up propose de commander le produit sur son site ou de venir le retirer gratuitement dans ses locaux. Il faut compter 15,90 euros pour un pack découverte de deux bouteilles.
https://www.24matins.fr/lille-de-la-bie ... nde-935592


Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.

_________________
"Vaut mieux rater un baiser que baiser un raté".


Haut
   
MessagePosté : mar. 11 déc. 2018, 18:28 
Hors ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar du membre

Enregistré le : lun. 06 déc. 2010, 01:45
Messages : 8105
Sexe et orientation sexuelle : Hétéro
Localisation : Les Yvelines
Citation :
Lille : de la bière vaginale proposée pour la première fois au monde

Le vendredi 14 décembre prochain, un bar lillois offrira une première mondiale, celle de tremper ses lèvres dans une bière vaginale. Un breuvage ainsi conçu à base d'extraits d'essence féminine de deux mannequins polonais.

Jamais un établissement n’avait offert à ses clients de s’abreuver d’une liqueur mêlant alcool et nectar féminin. Le vendredi 14 décembre prochain, le bar Le Switch à Lille (Nord) signera ainsi une première mondiale en proposant la dégustation exclusive d’une bière vaginale.

Cette boisson, baptisée “The Order of Yoni” (La commande de Yoni, ce dernier terme étant synonyme de l’organe sexuel féminin dans l’hindouisme), est importée de Pologne où elle a été brassée. On la doit à la start-up lilloise Praline et Priape, laquelle tend d’ailleurs à rassurer sur son processus de fabrication.
Bière vaginale : à ne pas mettre entre toutes les lèvres

Indiquons pour commencer que deux mannequins polonais, Monika et Paulina, ont accepté de partager leur fluide sacré dans la conception de cette bière. Ensuite, nous dit-on, “pas de panique ! Un seul prélèvement a été effectué en laboratoire sur chacune des mannequins. En laboratoire, les bactéries sont isolées, nettoyées, identifiées et ensuite multipliées à la quantité qui permet la préparation de kits d’entrée de culture qui sont utilisés dans la brasserie lors de la production de la bière. Ce processus est utilisé pour la fabrications de produits laitiers, bières et tous aliments nécessitant une fermentation.”

Élodie Vermast, fondatrice de Praline et Prape, a confié à Lille Actu que l’intérêt de la chose réside dans la manière de fabriquer cette boisson, laquelle n’a d’ailleurs pas le goût qu’on pourrait lui prêter : “Bien sûr, je les ai goûtées avant de les vendre et elles sont plutôt bonnes. Elles n’ont évidemment pas le goût de vagin. En réalité, il y en a une qui est plus amère, et l’autre plutôt sucrée. La nouveauté réside surtout dans le processus de fabrication.”
Un breuvage n’ayant finalement pas le goût de l’organe

Cette initiative a d’ores et déjà été couronnée de succès puisque un premier stock de 200 bouteilles a rapidement trouvé preneur. Et pour celles et celles qui ne pourront être du rendez-vous du 14 décembre mais qui restent malgré tout tentés par l’invitation, la start-up propose de commander le produit sur son site ou de venir le retirer gratuitement dans ses locaux. Il faut compter 15,90 euros pour un pack découverte de deux bouteilles.
https://www.24matins.fr/lille-de-la-bie ... nde-935592

_________________
"Vaut mieux rater un baiser que baiser un raté".


Haut
   
MessagePosté : jeu. 13 déc. 2018, 16:00 
Hors ligne
Membre Bavard
Membre Bavard
Avatar du membre

Enregistré le : mar. 02 oct. 2018, 16:04
Messages : 111
Sexe et orientation sexuelle : FEMME - BI SEXUELLE
Curieusement, alors que je n'ai pas à priori de problèmes avec une éventuelle absorption de sécrétions sexuelles, cette histoire de bière ne m'inspire rien d'enthousiasmant :stup:

D'abord, heu..... mais pourquoi ?
Un quidam aurait-il fait une étude de marché qui aurait échappée à notre sagacité vassilienne concernant l’appétence de la majorité de la population pour cette boisson ?
Quand un homme rechigne à faire un cunni ou s'effraie d'une femme fontaine parce que "c est beurk" ce serait en fait un échappé de la planète Mars alors même que tous les Terriens seraient aficionados ? (à mettre au féminin comme argument, bien évidemment :devil: ).
Un technocrate ou un diplômé d'école de commerce saurait-il quelque chose que nous ignorons ? Y a t'il des statistiques consultables et vérifiées ? Parce que si oui, j'aimerai bien les voir quand même. Ça devrait valoir son pesant de bouteille :roll: .

Ces trucs semi-publicitaires, que je considère pour ma part comme des stupidités à vocation purement commerciale surfant sur la vague de "libération" sexuelle, me paraissent surtout très dangereux pour nous qui avons des sexualités déjà assez difficiles à faire cohabiter avec celles du plus grand nombre.
C'est un peu comme s'imaginer que commercialiser une poupée gonflable ou un godmichet au Shopi du coin va aider Mme Duschmoll à s'émanciper de 300 générations de sexualité verrouillée et de 50 ans de principes mal placés (entre autres choses mal placées, nous sommes bien d'accord :mrgreen: ).
A mon sens, cela ne fait qu'effrayer le bourgeois très coincé et titiller celui qui voudrait se voir comme un révolutionnaire du sexe en mettant la bouteille sur la table un soir d'apéro-chips avec le beau-frère ou les collègues venus pour le match de foot.
Et cela produit l'effet inverse : "tous des malades ma bonne Simone, tous des malades..."

Bref. N'importe quoi.

D'autant qu'à ma connaissance, il n'est ABSOLUMENT PAS UTILE d'avoir le flacon pour avoir l'ivresse. :chin:

_________________
"Il y a des plaisirs qui passent pour des crimes. C'est que, communément, on n'y a pas goûté". Louis Aragon.


Haut
   
MessagePosté : ven. 14 déc. 2018, 09:41 
Hors ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar du membre

Enregistré le : lun. 06 déc. 2010, 01:45
Messages : 8105
Sexe et orientation sexuelle : Hétéro
Localisation : Les Yvelines
Comme beaucoup de nouveauté, cette bière est bien sur un coup commercial. :D
Tout autant que les bières de Noël et autres produits dont on se passerait bien. :)

_________________
"Vaut mieux rater un baiser que baiser un raté".


Haut
   
MessagePosté : mer. 19 déc. 2018, 10:05 
Hors ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar du membre

Enregistré le : lun. 06 déc. 2010, 01:45
Messages : 8105
Sexe et orientation sexuelle : Hétéro
Localisation : Les Yvelines
Citation :
Cette coquille dans cet article sur Julia Roberts l'a rendu très gênant
Mais vraiment très gênant.

INSOLITE - "Julia Roberts trouve que sa vie et ses trous s'améliorent avec l'âge... Pardon?!?" De nombreux lecteurs du journal new-yorkais Post-Journalont dû avoir cette réaction en feuilletant leur quotidien le week-end dernier.

Le "principal journal du sud-ouest de New York" a en effet commis une petite -et ô combien gênante- coquille en reprenant une dépêche de l'agence Associated Press évoquant la vie et les rôles de l'actrice. Problème, la lettre "h" a pris la place du "r", et a donc transformé les roles de Julia Roberts en holes, signifiant "trous" dans la langue de Shakespeare.

Une erreur qui, bien évidemment, a abondamment été commentée (et raillée) sur Twitter.

À noter que le quotidien a publié ce lundi 10 décembre un entrefilet évoquant -et de façon très succinte- cette erreur. "Le titre de la page D4 du numéro de samedi devait se lire 'Julia Roberts trouve que sa vie et ses rôles s'améliorent avec l'âge'", indique le Post-Journal, sans plus de précisions sur les causes de cette coquille.
https://www.huffingtonpost.fr/2018/12/1 ... _23614691/

_________________
"Vaut mieux rater un baiser que baiser un raté".


Haut
   
MessagePosté : ven. 21 déc. 2018, 15:39 
Hors ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar du membre

Enregistré le : lun. 06 déc. 2010, 01:45
Messages : 8105
Sexe et orientation sexuelle : Hétéro
Localisation : Les Yvelines
Lu ca, hier, dans un journal gratuit. :)



D'autres avis.
https://www.francenetinfos.com/69-nuanc ... is-176872/


Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.

_________________
"Vaut mieux rater un baiser que baiser un raté".


Haut
   
MessagePosté : ven. 04 janv. 2019, 17:09 
Hors ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar du membre

Enregistré le : lun. 06 déc. 2010, 01:45
Messages : 8105
Sexe et orientation sexuelle : Hétéro
Localisation : Les Yvelines
La tolérance va reculer encore un peu avec cette élection présidentielle.
Citation :
Brésil: A São Paulo, un mariage collectif LGBT pour résister à Jair Bolsonaro

Quatre couples homosexuels se sont mariés dimanche avant que le nouveau président, ultraconservateur et homophobe déclaré, n’entre en fonction le 1er janvier...

Dimanche 16 décembre, quartier d’Agua Branca à São Paulo (Brésil). Alors qu’on se dépêche de finir les courses de Noël dans le centre commercial voisin, pour quatre couples homosexuels, c’est une autre course contre la montre qui se joue, entre derniers coups de brosse à cheveux et légère retouche maquillage. Sous une chaleur suffocante, familles et amis les attendent dans une ancienne usine en briques reconvertie en salle des fêtes pour célébrer leur union.

Prévenus seulement une dizaine de jours avant que la cérémonie n’ait lieu, ils sont tous
« très excités et enthousiasmés » par ce projet de mariage collectif. Inquiets de l’entrée en fonction le 1er janvier de l’ultra-conservateur et homophobe notoire Jair Bolsonaro, élu président en octobre dernier, Jessica et Carol, Noah et Serena, Jessica et Isabela, Victor et Hugo ont décidé d’accélérer leurs projets et de se marier au plus vite.
Des violences records contre la communauté LGBT

« L’ensemble de la communauté LGBT a été à fleur de peau durant cette campagne, raconte Victor, 23 ans. Je n’avais jamais vu autant d’amis faire campagne contre tout ce que représente Jair Bolsonaro. Au fur et à mesure que ses mots et idées étaient plus relayés par les médias, et que j’ai vu qu’une partie de la population y adhérait, j’ai commencé à avoir peur. »

Le Brésil est déjà le pays recensant le plus d’homicides envers les LGBT au monde. 2017 présentait un triste record : avec une hausse de 30 % des assassinats de gays, lesbiennes et transsexuels, atteignant les 445 homicides. Ces derniers mois, les agressions n’ont cessé de s’intensifier tout au long de la campagne présidentielle. Serena, 26 ans, a clairement senti un changement. « Ça a toujours été latent, mais avec la montée en puissance de Bolsonaro, on a senti un relent de haine et de préjugés ». Victor évoque « des regards portés sur nous différents, des agressions verbales et physiques » qui l’ont amené à ressentir de la peur lorsqu’il sortait.
........................
https://www.20minutes.fr/monde/2399663- ... -bolsonaro


Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.

_________________
"Vaut mieux rater un baiser que baiser un raté".


Haut
   
MessagePosté : lun. 07 janv. 2019, 14:18 
Hors ligne
Membre Volubile
Membre Volubile
Avatar du membre

Enregistré le : sam. 28 mai 2011, 14:41
Messages : 1176
Sexe et orientation sexuelle : Homme et Bi
Localisation : Paris
hello Sergio,

pas grand chose à ajouter car je n'ai pas de raisons objectives de remettre en doute cet article.
Toutefois je souhaite y apporter quelques réflexions complémentaires; personnelles et vécues.
Je suis allé au Brésil plus de 8 fois ces 3 dernières années (job et plaisir(s)) aussi bien au sud qu'au nord, le Brésil est un immense pays où se mêlent de nombreuses cultures.
Sexuellement c'est un pays très "libéral" et "conservateur" en même temps, où vivent ensemble de nombreuses formes de sexualité et même des sexualités extrêmes.
Le nouveau président arrive dans un contexte économique, social et surtout sécuritaire très dégradé.(violences multiples et trafics en tous genre mais surtout drogues)
Par exemple dans l'article on parle de 445 homicides chez les LGBT.
A titre purement indicatif le nombre moyen d'homicide par heure et supérieur à 7, ce qui donne sur une année: plus de 61 000 homicides!!!! soit 0,7% qui concerne la communauté LGBT si on s'en tient aux chiffres, Je pense que la population LGBT représente plus de 0,7% de la population...
Il faut voir et vivre cette violence au quotidien pour comprendre certains points et cette évolution de la population vers plus de fermeté.
A titre personnel j'ai été braqué 2 fois avec armes à feu et mis à genoux pour me faire voler une montre (swatch), et mon mobile. Mes amis brésiliens ont tous été quasiment dévalisés ou attaqués et leur voiture sont toutes blindées.
Moi perso, je ne suis pas inquiet pour le risque répressif sur les LGBT, car toutes les formes de sexualités sont très bien intégrées dans la société brésilienne, mais si le peuple a voté pour ce nouveau président c'est peut-être d'abord pour des raisons politiques, sociales et sécuritaires.
Alors ne crions pas "au loup" avant de voir précisément ce que va faire ce gouvernement dès lors que ce gouvernement n'est pas celui des médias...

_________________
Le plus grand crime peut-être de la société, c’est d’avoir rendu l’amour honteux.

Albert Samain


Haut
   
MessagePosté : lun. 07 janv. 2019, 18:49 
Hors ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar du membre

Enregistré le : lun. 06 déc. 2010, 01:45
Messages : 8105
Sexe et orientation sexuelle : Hétéro
Localisation : Les Yvelines
Merci pour ton intervention, corleone. :D

Il est vrai que je ne me base que sur ce que retransmette nos
médias (radios, tv, ecrits). Pour avoir vu des "reportages" fait
au Brésil ou les LGBT exprimaient leurs "peurs" de l'avenir proche. :)

_________________
"Vaut mieux rater un baiser que baiser un raté".


Haut
   
MessagePosté : mar. 08 janv. 2019, 18:17 
Hors ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar du membre

Enregistré le : lun. 06 déc. 2010, 01:45
Messages : 8105
Sexe et orientation sexuelle : Hétéro
Localisation : Les Yvelines
Les réseaux sociaux et l'érotisme. :roll:

En furie contre la censure du Net
Par Romy Alizée, photographe et travailleuse du sexe,, avec la contribution d’Apolline Bazin, co-fondatrice de «Manifesto XXI» — 13 décembre 2018 à 08:34

La photographe Romy Alizée a vu son compte Instagram fermé après la publication d'une photo. Elle s'insurge contre la politique de contrôle des plateformes qui vise avant tout le corps des femmes.

Tribune. Le 24 novembre 2018 à 10 heures, je me suis connectée à Instagram pour partager l’une de mes dernières images, un autoportrait où je pose avec une amie, et un long double gode. J’avais pris soin de penser cette photo sans nudité. Pas par crainte de la voir signalée, mais par simple choix artistique. Cette photo fut ma dernière publication. Mon compte a été supprimé quelques heures après, sans le moindre mail explicatif. Il y a trois ans, Facebook me faisait déjà le coup. 72 heures plus tard, après avoir rendu public mon petit coup de gueule et gentiment contesté auprès d’Instagram la suppression de trois ans de contacts, photos et échanges de messages, je reçois un mail de leur part. La modération s’excuse de cette erreur et m’invite à me reconnecter. Malheureusement, d’autres n’ont jamais eu cette chance. Cette expérience nous amène aujourd’hui à alerter sur le totalitarisme culturel insidieux qui régit cette censure.
Des décisions arbitraires

En l’espace de trois jours j’ai échangé avec de nombreuses personnes concernées par cette censure. Beaucoup d’artistes, de modèles photo ou encore de travailleuses·eurs du sexe qui travaillent tou·te·s sur le corps ou l’érotisme. Des artistes majoritairement féministes qui prennent pourtant soin de censurer au préalable leurs images à grand renfort de flou et d’émojis. Propriété dudit Facebook depuis 2012, Instagram impose en effet des conditions d’utilisation qui ont moins à voir avec ce que la loi sanctionne (exposition pornographique à des mineurs, incitation à la haine…) qu’avec des décisions arbitraires et réactionnaires. Alors que pullulent sur le feed mondial d’Instagram des images sexistes, violentes et haineuses, doublées de commentaires homophobes, misogynes ou racistes, c’est bien moi, photographe et travailleuse du sexe féministe qu’ils ont condamnée et ce, sans préavis. Les productions visuelles de grandes entreprises telles que Playboy ne semblent pas inquiétées par ces mesures restrictives. Je déplore une différence de traitement pour le moins sexiste.

Certes, Facebook et Instagram sont des entreprises américaines, emblématiques d’une certaine mondialisation. Mais si elles séduisent des utilisateurs partout dans le monde, la neutralité affichée se révèle finalement néolibérale et conservatrice. Or donc, dans ces espaces qui fonctionnent sur l’autoreprésentation des utilisateurs, un contrôle des corps et des idées sévit. Le manque de transparence d’Instagram se révèle quand des utilisatrices rapportent que leurs photos en lingerie n’ont jamais entraîné de signalement contrairement aux images où leur nudité accompagnée d’un discours politique leur a valu de nombreuses suppressions. Est-ce cela la (vraie) norme à respecter ? Est-ce pour cela que les contenus mainstream de Playboy USA ne sont pas attaqués ? Ou bien est-ce parce que les grands producteurs d’images paient pour distribuer leurs contenus, devenant ainsi des clients de Facebook et Instagram ?
...............................

Suite de l'article et des photos ici:
https://www.liberation.fr/debats/2018/1 ... et_1697407


Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.

_________________
"Vaut mieux rater un baiser que baiser un raté".


Haut
   
MessagePosté : jeu. 10 janv. 2019, 08:39 
Hors ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar du membre

Enregistré le : lun. 06 déc. 2010, 01:45
Messages : 8105
Sexe et orientation sexuelle : Hétéro
Localisation : Les Yvelines
Le puritanisme est toujours présent aux Etats-Unis. :roll:

CES 2019 - Un sextoy d’abord primé au CES, finalement interdit, sur fond de polémique sexiste

Un sextoy destiné au plaisir féminin s'est vu récompensé d'un award de l'innovation par les organisateurs du CES 2019, avant que ces derniers ne reviennent sur leur choix et n'interdisent la présence du produit sur le salon. Une décision inique, selon la fondatrice de l'entreprise, qui dénonce une inégalité de traitement entre hommes et femmes.

C'est peut-être la première controverse majeure de ce CES 2019. Quelques mois avant son ouverture, la startup Lora DiCarlo avait eu la joie de recevoir un message lui indiquant que son premier produit était sélectionné pour recevoir un award de l'innovation, dans la catégorie « Robotique et drones ». Mais le plaisir fut de courte durée.

Un produit trop « osé » pour le CES
« Osé », c'est le nom du premier sextoy créé par Lora DiCarlo. Il s'agit d'un gadget dédié au plaisir féminin, conçu pour imiter les sensations d'une bouche, d'une langue et de doigts humains, pour une expérience reproduisant le contact d'un partenaire réel.

« Osé », c'est également ce qu'ont finalement semblé reprocher les organisateurs du CES 2019 au produit. Ces derniers ont en effet contacté la startup un peu plus tard, pour lui indiquer que, non seulement le prix lui était retiré, mais que l'entreprise ne pourrait pas non plus présenter son sextoy lors du salon. Raison invoquée : Osé est jugé comme faisant partie des produits « immoraux, obscènes, indécents, profanes ou ne correspondant pas à l'image » de l'événement.

Accusations de sexisme
Au-delà de la légitime déception, cette décision a suscité l'indignation de Lora Haddock, fondatrice et CEO de Lora DiCarlo. D'après elle, le problème viendrait en réalité de la diabolisation de la sexualité féminine, tandis que son pendant masculin serait fièrement promu. Pour appuyer son propos, elle rappelle qu'au CES 2018, des poupées sexuelles destinées aux hommes avaient été présentées, au même titre que des casques de réalité virtuelle diffusant des vidéos pornos, prisées par un public majoritairement masculin. Selon Lora Haddock, cet incident n'est en réalité qu'une des manifestations du sexisme qui sévit dans le monde de la tech, de façon générale.

Face à cette polémique, les organisateurs du CES 2019 ont changé leur fusil d'épaule. En fin de compte, Osé aurait été disqualifié, car ne correspondant pas à la catégorie « Robotique et drones » dans laquelle il avait été élu. Un rétropédalage « osé », dans la mesure où les ingénieurs de Lora DiCarlo ont collaboré avec l'un des laboratoires de robotique les plus réputés des États-Unis.

Source : The Guardian

https://www.clubic.com/salon-informatiq ... xiste.html


Vous n’avez pas les permissions nécessaires pour voir les fichiers joints à ce message.

_________________
"Vaut mieux rater un baiser que baiser un raté".


Haut
   
MessagePosté : jeu. 10 janv. 2019, 16:55 
Hors ligne
Membre Bavard
Membre Bavard
Avatar du membre

Enregistré le : mar. 02 oct. 2018, 16:04
Messages : 111
Sexe et orientation sexuelle : FEMME - BI SEXUELLE
Un exemple supplémentaire d'un puritanisme imbécile et criminel qui conduit certaines personnes voir même certaines sociétés à développer des cultures de viols, d'agressions sexuelles, de rejet de l'autre simplement par que la notion même de droit au plaisir sexuel n'est pas considéré tout aussi naturel que le droit à manger, à respirer, à exister. :roll:

_________________
"Il y a des plaisirs qui passent pour des crimes. C'est que, communément, on n'y a pas goûté". Louis Aragon.


Haut
   
Afficher les messages postés depuis :  Trier par  
Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 125 messages ]  Aller à la page Précédente 15 6 7 8 9 Suivante

Heures au format UTC+02:00


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Actions rapides de modération :
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Aller à :  
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Limited
Traduit par phpBB-fr.com